SOYEZ STAGES !

Des stages pour petits et grands, à la journée, weekend, hebdomadaires...

Vous y trouverez forcement votre conte !

De la parole à l'écrit

      On peut avoir envie de raconter à n'importe quel âge. Il n'est nul besoin d'être âgé, pour devenir conteur. Il suffit simplement d'être porteur. Certains enfants le deviennent même très jeunes. D'autres ne le seront jamais.
Au cours de ces ateliers, les enfants écouteront toutes sortes de contes...Les uns dits, les autres joués, ou encore lus à la manière Kamishibaï.
Ensuite, ils se prêteront, à leur tour, à ces « jeux à dire ».
Puis, nous nous intéresserons au langage du conte et nous écrirons un début de lexique.
Enfin, on se hissera dans sa structure, comme le ferait un magicien, dans un grimoire, avant d'en inventer « Un » d'aujourd'hui , que nous écrirons pour le pérenniser.
Il pourra être dans certains cas illustré, en compagnie d'un peintre ou enregistré sur un support cd.

Certains de ces ateliers comporteront tous ces modules, d'autres se limiteront à l'interprétation ou l'écriture.

 

Raconte moi une histoire   Aujourd'hui, beaucoup de parents aimeraient raconter des histoires à leurs enfants, mais ne savent pas toujours comment faire: faut-il les lire, les dire ou bien les inventer. Y-a-t-il un moment privilégié pour le faire, comme au coucher? L'envie de dire  ou de raconter ne peut-il pas se faire, lors d'un repas difficile ou, plus simplement, n'importe quand?
Nous tenterons de répondre, ensemble, à ces questions. Des billes, pourrait-on dire,  seront donnés aux participants , tout au long de l'apprentissage. On pourra aussi apprendre à choisir des histoires...à bon escient ou, plu simplement, pour le plaisir.

 

Devenir Conteur ... Professionnel   Après avoir longtemps été déconsidéré, Perrault, lui-même, des histoires de vieilles bonnes femmes, le conte  a pris, aujourd'hui, une place relativement importante. On voit, ici et là, fleurir des heures, des spectacles ou encore des festivals de contes. La plupart du temps, c'est une belle réunion de diseurs, mais, il est rarement question de contenu. C'est le plus souvent un florilège de contes venus du monde entier, sans le moindre lien. Aujourd'hui, le conteur n'a pas encore de statuts. Il est le plus souvent le salarié d'une association quand il n'est pas intermittent du spectacle. Aujourd'hui, il devient nécessaire de qualifier le métier de conteur, par une formation appropriée et de réfléchir au contenu des histoires à raconter.
La place des enfants et des parents est-elle toujours la même? Ne pourrions nous pas inventer de nouvelles légendes, des contes aux morales plus actuelles?
Les élèves auront une formation plus poussée. Ils apprendront les différentes manières de conter. On traduira le langage parfois codé de ces petites histoires. On les reliera aux rites ancestraux. On les comparera à nos manières de faire, puis, on essayera d'inventer de nouvelles histoires. Chacun le fera pour lui-même, décidera ce qui lui convient le mieux: raconter des contes traditionnels ou des contes plus contemporains. Certains choisiront, peut-être de diriger vers le slam, dont le contenu n'a pas toujours, contrairement au conte, d'être universel.
Les élèves participeront à des spectacles ou à des festivals organisés par l'Ecole, mais aussi là où ils le désireront.