Nouveau ! Suivez-moi sur mon Blog


Qui suis-je ?

Quel est ton nom ?
Mon nom ? mais, je suis le fils de mon père.

Et ton père, quel est son nom ?
Fils de son père.
Mais, tout cela, je le savais déjà.

Alors ton grand-père, quel est son nom ? C’est le mien… je suis
TSVIKA ...    Conteur


Genèse d'un conte


Il ne s’agit pas, dans ce site, de s’intéresser à la structure du conte, en tous les cas, au sens, traditionnel du terme :
C’est-à-dire d’en dépecer la chair, puis d’en morceler le squelette.
Il s’agit plutôt d’en raviver le sens, comme on le ferait, sur une toile, pour les couleurs d’un vieux tableau.
Car, ce qui, aujourd’hui, nous semble caché, parfois même mystérieux, imaginaire diront certains autres, était jadis bien à l’ordre du jour.
« Combien de femmes ne sont-elles pas mortes brûlées pour avoir été traitées et jugées comme sorcières, à des époques pas si éloignées de la nôtre ?
Et, aujourd’hui encore, combien de gens ne se sentent-ils pas ensorcelés, lorsqu’ils sont frappés par un ennui, puis un deuxième… un troisième ; ou tout simplement combien traversent la rue, pour ne pas avoir à passer sous une échelle ; et je ne vous parle pas du chiffre 13…
A ceux qui continueraient d’affirmer qu’il ne faut pas « déflorer » la magie du conte, je dirais qu’il faut un jour « comprendre » et que l’ensemble de l’humanité avec toutes ses croyances aussi différentes soient-elles, a bien cherché, tout de même, à sortir de « l’obscurité », à « soulever l’immonde voile de l’ignorance ».

Ce que nous disent les contes...


En fait, tout cela pour vous dire que, derrière ce qui semble enfantin, se cachent des choses que nous avons tout simplement égarées, à force de ne jamais faire le ménage dans nos idées.

La plupart des contes traditionnels sont l’écriture presque mot pour mot, parfois même tout simplement la description d’un rite religieux ; ils ne sont donc, en aucun cas, écrits au hasard.

Et, s’ils étaient racontés, ici par des vieilles femmes, ou colportés là, par des conteurs, c’est que les unes avaient la charge de la moralité, et les autres de l’enseignement, de la tradition ; mais dans tous les cas, ils avaient, comme on dit, VECU.

Ce qui nous amène à mieux comprendre la difficulté, parfois même l’impossibilité, que peut avoir un enfant à créer un conte.


Stages

Stages à la journée, weekend, semaine...

Chacun y trouve son conte ! Pour des moments conviviaux d'apprentissage.